chute-Birse-Laufon 1524-1260
 
Porte du cimetière au centre de Bogota, Colombie. Image : Caracol Radio
 
« Dès lors, Seigneur, que puis-je attendre ? Mon espérance est toute en toi. » 
Psaumes 39/8 (BDS).

L’espoir est essentiel pour surmonter les situations difficiles. Sans espoir,...

Frédéric de Coninck, sociologue et prédicateur de l’Eglise mennonite de Villeneuve-le-Comte, se lance dans la tenue et l’animation d’un blog, intitulé Tendances, Espérance.

CMM : Bienvenue
« Elle mit au monde un fils: son premier-né. Elle lui mit des langes et le coucha 

dans une mangeoire parce qu’il n’y avait pas de place pour eux 
dans la pièce réservée aux hôtes. » Luc 2:7 (BDS).

Se sentir le bienvenu et se sentir accepté sont des besoins humains essentiels. Être reçu avec une embrassade, un sourire, une bonne conversation, un repas chaud et un lit propre est une expérience particulièrement marquante. Au contraire, être rejeté, expulsé d’un endroit ou simplement percevoir qu’on est arrivé à un moment inopportun sont des situations que l’on cherche à éviter.

Depuis le début de sa vie sur terre, Jésus connu l’expérience de ne pas être le bienvenu, et d’être même ouvertement rejeté. Alors qu’il ouvrait des espaces pour le pêcheur et recevait ceux qui étaient rejetés, sa présence dérangeait beaucoup de monde.

Alors que nous fêtons Noël, rappelons-nous que le Christ s’est identifié avec ceux qui ne sont pas les bienvenus et agissons concrètement pour accepter ceux qui ont souffert du rejet. Sans nous en rendre compte, nous pourrions recevoir Jésus chez-nous.

En Christ,                  

César García,  
secrétaire général de la CMM  

Ecouter l'interview à RJB du 14 nov. ici
Imaginez de très vieux chants amish* racontant les persécutions religieuses du XVIe siècle, confrontés aux musiques du XXIe mêlant sonorités électro, groove rock et expérimentations contemporaines, par l’entremise d’un harmonium cher aux communautés mennonites* des hauteurs jurassiennes… À l’instar de ce que certains musiciens ont pu faire avec les musiques juives et klezmer, en les croisant avec le jazz ou le hip-hop expérimental, l’envie consistait à essayer, de la même manière, de revisiter les chants anabaptistes. Deux musiciens-compositeurs ont été mandaté pour l'écriture de cette création, Nicolas Gerber et Manuel Gerber. En intégrant des chants de l’Ausbund, premier livre de chants des anabaptistes et des chants qui sont encore chantés aujourd’hui dans les assemblées mennonites, Boom boom Harmonioom se penche sur un pan d’histoire à la fois régionale et nationale. Le projet remixe des origines spécifiques pour s’interroger sur des enjeux universels : quelle est, finalement, la valeur de la liberté de conscience ? Et devant la violence qui éclate à la face du monde, à quoi bon chanter un chant?

“Trauren will ich stehen lassen und singen mit Begier”, so heisst eines der vielen Lieder “wie sie im Gefängnis zu Passau in dem Schloss von den Schweizer-Brüdern und von rechtgläubigen Christen hin und her gedichtet worden”. Im Ausbund, dem ältesten Gesangbuch der Täufer, haben sich junge Musiker aus Täuferfamilien umgesehen und sich inspirieren lassen, um diese alten Melodien mit der heutigen Musikszene aus Elektro, Groove Rock und neuen Experimenten zu konfrontieren. Auch die Gesänge des 19. und 20. Jahrhunderts, damals vom Harmonium begleitet, die heute noch in vielen Kapellen und Versammlungsorten erklingen, haben die Musiker Nicolas Gerber und Manuel Gerber in ihre Kreation eingebaut.
Sei es im Jazz, Hip-Hop oder in experimenteller Musik, überall findet man Spuren von alten Volkliedern, von jüdischen Melodien, von fernen Urklängen. Das Alte nicht vergessen lassen, auch kritisch hinterfragen, doch neu bearbeitet wieder aufleben lassen. Dies ist die Idee der Musiker, in der auch grundsätzliche Fragen unseres Christseins und unserer Gewissensfreiheit zum Ausdruck kommen. Und wenn wir in den Herausforderungen der heutigen Welt das Singen nicht aufgeben würden?

Affiche : menno canto 18 400px  Reflets du spectable ici

Comment passe-t-on d’une Église avec une compréhension traditionnelle des rôles à une conviction de la nécessité d’une complémentarité hommes-femmes dans les ministères de direction?